Test du prototype iUP Numéro 5 en windfoil par l'équipe TAAROA

Au cours des dernières semaines, nous avons effectué avec l’iUP des phases de tests en wake, surf et wingfoil en Suisse, en France et aux États-Unis. Nous avons utilisé les données récoltées lors de ces tests pour valider le design - tant la géométrie du foil que l'électronique - et tester notre autopilote intelligent dans différentes conditions, avec des testeurs de niveaux différents.

Fin août, lors du festival Vanora Engadinwind by Dakine Foilmania au lac Silvaplana, en Suisse, notre équipe a eu l’occasion de tester pour la première fois la capacité de l'iUP à réduire la courbe d'apprentissage du foil en windfoil.

En partenariat avec Loftsails et MB Boards, qui nous ont fourni l'équipement pour ces tests, nous avions en tête de simuler un cas d’usage parfait pour les débutants en windfoil. Grâce à l'équipe de Loftsails, nous avons eu l'occasion de tester l'iUP avec une voile 2021 Oxygen 5.8, qui est une voile de freeride légère, stable et facile à utiliser - parfaite pour les débutants en foil. Nous avons également pu utiliser une planche polyvalente, la "Basilisk", de chez MB Boards.

Le prototype iUP a été facile à mettre en place sur la Basilisk.  Nous l'avons simplement monté sur la planche grâce à sa platine de fixation, puis nous l’avons allumé. Par wifi, nous l'avons alors connecté à un téléphone. Dès qu’il a été connecté, nous avons ouvert l'application iUP pour communiquer avec l’autopilote et sélectionné un des modes de vol qui, selon nous, fonctionnerait le mieux en windfoil.  Le foil a alors enclenché sa séquence automatique de vérification, afin d’être sur que tous les capteurs et l’électronique embarquée fonctionnent bien. Nous avons ensuite fait une vérification manuelle avant la navigation en l'inclinant d'avant en arrière, puis en le soulevant et en l'abaissant, pour vérifier que les volets de l'aile réagissaient au changement d'angle et de pression.

Après quelques minutes de test sur l’eau, nous avons constaté que les réglages de l'ordinateur de bord, bien qu'ils aient prouvé leur efficacité lors des tests en wing et wake foil, n'étaient pas tout à fait adaptés à la pratique du windfoil. C’est très compréhensible, car la position et les angles du rider par rapport au foil en windfoil sont très différents du wake ou de la wing. En windfoil, le rider est décentré par rapport a l’axe de la planche et utilise la pression de la voile et du rail pour contrôler le foil, tandis que les riders en kite, surf, SUP et wingfoil contrôlent le foil avec une pression plus verticale, debout sur la planche.

Pour obtenir les bons paramètres, nous avons travaillé en étroite collaboration avec nos ingénieurs pour ajuster les paramètres du pilote automatique, qui changent la dynamique du foil.  Nous avons ajusté ceux-ci sur la plage en temps réel, grâce à la connectivité WiFi et en utilisant l'application mobile.

La modification du gain pour le contrôle du roulis ainsi que le filtrage du contrôle de la hauteur ont permis d'incliner et de diriger le foil avec la pression de la voile et du rail. Cela a également permis d'ajouter une bonne aide au décollage.

L'équipe était très heureuse d'avoir fait ses améliorations qui ont permis de développer un premier mode de vol fonctionnel en windfoil. Ces premiers tests nous aident aussi à comprendre comment nous pouvons continuer à améliorer les capacités du foil pour la pratique du windfoil, et à optimiser la géométrie finale de l'iUP.

Au cours des prochaines semaines, nous allons continuer à tester et à affiner nos prototypes en utilisant les données récoltées par nos beta testeurs. Ensuite nous pourrons lancer les précommandes pour l'iUP!