Farrah Hall, athlète olympique, monitrice et grande passionnée de windsurf, rejoint l' équipe d’ambassadeurs TAAROA

Farrah Hall est une athlète olympique en windsurf originaire d'Annapolis, dans le Maryland, aux États-Unis. Récemment devenue ambassadrice de la marque TAAROA, elle excelle dans les multiples disciplines du windsurf et est toujours partante pour donner de précieux conseils!

Qui êtes-tu ? Racontes-nous un peu ta vie, ton parcours dans le sport et pourquoi tu es tant passionnée par le foil.

J'ai appris à faire de la planche à voile au lycée, sur un équipement d’époque - une énorme planche en plastique et une voile souple. Même si je ne faisais que virevolter, j’ai tout de suite réalisé que la planche à voile était le sport le plus cool de la planète. J'ai commencé à donner des cours dans un magasin directement après avoir obtenu mon diplôme, ce qui m'a permis de découvrir tous les aspects et la beauté de ce sport. Depuis ce moment, j’ai fait mon petit bout de chemin en planche, ce qui m'a ensuite conduit à participer aux Jeux olympiques et à poursuivre une carrière d'instructeur et d'entraîneur de haut niveau.

Le premier évènement marquant de ma carrière a été de monter de toute pièce un club de planche à voile dans mon université, le St. Mary's College du Maryland. En faisant des dons de matériel, en construisant un hangar pour le stockage et en mettant en place un programme d'apprentissage. J'ai appris à de nombreux étudiants et habitants du coin à aimer ce sport. Vingt ans plus tard, le club est toujours actif. Cette expérience m'a fait découvrir la planche à voile à un niveau olympique, car nous avions reçu la visite de Mike Gebhardt, double médaillé olympique en planche à voile pour les États-Unis. C’est à ce moment là que j’ai envisagé la possibilité de participer aux Jeux !

Quatre campagnes olympiques plus tard, je continue à trouver des moyens créatifs de poursuivre ma passion et de m'améliorer en tant que navigatrice, athlète et entraîneur. Le foil n'est qu'un autre aspect de mon sport préféré, et bien sûr je veux foiler autant que possible, et jouer un rôle dans le développement de l'équipement, du programme d'entraînement et des performances de TAAROA.

Quelles sont les disciplines que tu pratiques ?

Le windsurf est un sport multidisciplinaire progressif, ce qui rend l'apprentissage sans limite. J'aime tout ce qui concerne la planche à voile, en particulier la nouvelle révolution du foil. Le foil donne un autre niveau à l'innovation et l'engagement dans mes disciplines préférées : en race comme en freestyle.

Quel est ton spot et tes conditions préférés ?

Comme des centaines de windsurfers américains, mon endroit préféré pour naviguer est la Columbia River Gorge. C'est absolument époustouflant en termes de conditions et de beauté naturelle. Avec une grande brise et la houle du fleuve presque tous les jours pendant l'été, un arrière-plan montagneux et de l'eau douce, c'est idéal pour la planche à voile, le kitesurf, le wingfoil et le paddle, mais aussi pour la randonnée, le VTT, le kayak, le camping, la pêche à la mouche… enfin, tous les sports de plein air que vous pouvez imaginer.

Quand as-tu essayé le foil pour la première fois ?

Je n’ai pas hésité une seule seconde et je me suis lancée dans une régate pour la première fois. C'était en 2017 lors du premier championnat Européen de windfoil : le Neil Pryde RS : One Convertible. Bien que cette classe de championnat n’existe plus, le concept lui est toujours d'actualité dans la nouvelle discipline olympique iQFoil. La régate a eu lieu à Loctudy, en France, près de l'endroit où j'habite maintenant à Brest, et c'était la première fois que la plupart des véliplanchistes essayaient le foil. Personne ne savait exactement ce qu'il fallait faire ou ce qui allait se passer, mais finalement, le format du windfoil a très bien fonctionné. À la fin de l'événement, tout le monde était déjà accro au foil.

Quel est ton meilleur souvenir en foil ?

Les essais en mer de l'équipement olympique au lac de Garde, où un groupe de coureurs de tous les horizons ont pu aider à sélectionner la nouvelle classe de foils olympiques. L'énergie et le travail d'équipe étaient incomparables, et cela a permis d'élargir l'imagination de chacun aux possibilités du foil.

Quelle est la première chose que tu fais juste avant une session ?

J'ai une routine à suivre avant une session:  je m’échauffe, je gré et organise mon matériel de la même manière à chaque fois pour m'assurer que tout est correctement préparé et que rien n'est cassé ou manquant. La dernière chose que je fais est de resserrer mon harnais et de faire un exercice de respiration pour être sûre que je suis bien concentrée avant d'aller à l'eau.

Que signifie TAAROA pour toi ? Comment décrirais-tu la marque en un mot ?

TAAROA est synonyme d'innovation, et je suis chanceuse de travailler avec un groupe qui est si avant-gardiste, réfléchi, intelligent et imaginatif. L'équipe TAAROA a la capacité et la volonté d'exécuter ses idées pour repousser les limites du sport, et je suis certaine que nos innovations auront un impact sur l'avenir du foil.

Quel est ton foil TAAROA préféré ?

J'aime beaucoup naviguer avec le NOE 97 par vent fort avec l'aile 800 FREERACE. C'est rapide et dynamique, comme sur des rails. En même temps, il est très rigide et stable, ce qui permet de faire de beaux empennages.

Quel est ton conseil pour quelqu'un qui voudrait se mettre au foil ?

N'hésitez pas à essayer, car c'est plus facile qu'il n'y paraît. Le foil devient universel et va bientôt dominer tous les sports nautiques parce qu'il n'est pas si difficile d’apprendre, surtout avec le iUP, et c’est incroyablement performant. Vous pouvez obtenir votre sensation préférée de "surf" ou de vol, dans de nombreuses conditions. Par contre, faites-vous aider pour choisir un équipement adéquat et recevoir de bons conseils.

Quel est ton prochain défi en foil ?

Le freestyle ! J'aime le freestyle parce que c’est une discipline est très technique et qu'elle permet de développer des compétences pour un autre type de matériel.. Bien que j'aie commencé le freestyle trop tard pour en faire à un niveau pro, je tire quand même mon épingle du jeu et ca m'aide à élargir mon champ de compétences pour l’enseignement.

D’autre part, je teste les innovations de TAAROA: j'ai pu tester quelques planches et foils au lac de Silvaplana lors de l’Engadinwind et je teste également l'iUP en ce moment pour que vous puissiez faire du windfoil avec!